Skip to content

Pourquoi commémorer le 9 mai et non plus le 8?

août 7, 2012

Imaginons que vers 1830 l’Angleterre et l’Autriche décident de faire l’Europe en proposant à la France, vaincue 15 ans auparavant mais épurée et contrite, de se joindre à leur projet (L’Allemagne et l’Italie, qui ne sont pas encore unifiées en 1830, ne répondent pas aux critères de convergence de l’époque. C’est la date également à laquelle, très loin de l’esprit du futur Benelux, la Belgique se détache du royaume des Pays-Bas).

Imaginons que l’Europe, ce jour-là, choisisse pour jour de célébration la date de Waterloo…

Parmi les défis les plus importants que l’Europe a à relever, il y a celui des symboles nationaux. Des symboles forts et prégnants dans chaque pays, mais qui peuvent réveiller chez le voisin et désormais ami des souvenirs douloureux.
Ainsi, par exemple, le 8 mai n’est déjà plus célébré en France comme une victoire sur l’Allemagne. Mais cette date reste un point noir pour nos voisins. Or, la symbolique du jour elle-même est inutile. On peut imaginer que, plutôt que de commémorer le jour d’un armistice, d’une défaite, d’un abandon, d’une simple signature en somme, on fête plutôt le lendemain, le premier jour d’après, celui de la renaissance et du progrès, le premier jour de la paix ou du vivre ensemble.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :